Humilité face à l’Humidité

Accueil » Le bLUOg » Humilité face à l’Humidité

En Médecine Traditionnelle Chinoise, les climats extérieurs intègrent le paysage intérieur de l’Homme, et l’Humidité fait partie de ces facteurs qui sont source de déséquilibre et de pathologie. Quiconque s’est retrouvé les murs de son habitation gorgés d’Humidité suite à un « dégât des eaux » comprend aisément qu’elle peut être un problème majeur. Les peintures cloquent, les boiseries pourrissent, les structures se fragilisent, les moisissures noires envahissent tout et on ne peut rien faire. Il faut attendre des mois pour que lentement l’Humidité s’évapore. Trois chapitres du Su Wen 素问, le grand classique de la MTC, font référence à cette notion et permettent d’en éclairer la compréhension.

La première acception choisie se trouve au chapitre 3, on peut y lire : « dans les maladies causées par l’Humidité, la tête est comme enserrée ». Les troubles liés à l’Humidité amènent une notion de blocage que l’on comprend avec la sensation de « tête enserrée ». Elle est un Qi pervers qui fait obstacle au Qi correct et restreint ou bloque la circulation. Cette perversité devient collante comme de la glu dans laquelle le Qi s’empêtre : elle lèse ainsi la fonction de propulsion. En Chine, dans les services hospitaliers de MTC, ces pathologies sont désignées par l’association de deux caractères, Shi 湿 qui signifie Humidité et Zu 阻 obstruction. Lorsque l’Humidité bloque au niveau de la tête, des céphalées peuvent apparaître mais aussi une perte de goût, d’odorat, des troubles de l’audition, etc.

Le déséquilibre lié à l’Humidité peut engendrer d’autres problématiques encore. Au chapitre 5, on peut lire : « l’Humidité de la Terre atteint la peau, la chair et les tendons ». Autrement dit, l’Humidité se répand et bloque ainsi divers tissus. Après avoir été agressés par l’Humidité, les méridiens Jing Mai 经脉 sont obstrués et le Qi ne circule plus correctement. Il en résulte une sensation de membres lourds, la fatigue s’installe. Petit à petit, c’est le fonctionnement global du métabolisme qui est affecté.

Au chapitre 71, il est écrit : « création d’Humidité, alors diarrhée ». Cette sorte d’aphorisme montre que le problème peut atteindre les profondeurs. Lorsque l’Humidité se trouve bloquée dans le Réchauffeur Moyen – le lieu de la digestion – la fonction de transport-transformation de la Rate est lésée, ce qui peut se traduire par des selles pâteuses ou de la diarrhée.

La maison prend l’eau : l’Humidité est un facteur qui s’auto-entretient et qui peut aboutir à une déstabilisation profonde du Qi de l’individu. Ainsi est-il long et délicat de se dépêtrer de cette perversité. Pour cela, l’acupuncture et la pharmacopée sont recommandées, associées à une hygiène de vie qui intègre une diététique prenant en compte cette notion si particulière à la MTC.