La démarche de l’Empereur

Accueil » Le bLUOg » La démarche de l’Empereur

Alexandre, Jules, Constantin, Charles, Charles encore, Napoléon…

Une ribambelle de prénoms comme une échelle d’acrobates… Chacun d’entre eux s’est hissé sur les épaules de l’autre au gré du cirque de l’Histoire… Ça tangue, ça tremble. Peu importe. Il faut être le plus haut, il faut être l’aigle. Car être l’Empereur ici, c’est être au-dessus.

Là-bas, de l’autre côté de la Terre, en Chine, c’est tout autre. L’Empereur est au centre et pour un empire qui se dit du milieu, comment pourrait-il en être autrement ? Fils du Ciel, il relie le Ciel et la Terre, et, investi par ce mandat céleste tacite, il a la charge de préserver l’équilibre du peuple, de l’environnement, du Tout. Être Empereur c’est être un pivot, c’est veiller à ce que chaque chose soit à sa place en chaque instant.

C’est ce que clame silencieusement la Cité Interdite de Beijing (Pékin). Achevée en 1420, elle a abrité le pouvoir des dynasties Ming et Qing jusqu’en 1911, et elle matérialise, dans son agencement, cet « entre Terre et Ciel ». Édifiée suivant une orientation Nord-Sud parfaite, elle se place dans un juste alignement : dans la cosmologie chinoise (1), la Terre, Yin, est à l’ombre et donne sur le Nord, alors que le Ciel, Yang, reçoit le soleil et donne sur le Sud.

Des transpositions de ce modèle de description et d’organisation du monde se rencontrent dans la science, l’habitat, l’éducation, les arts, le jeu mais aussi en Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC). En pharmacopée par exemple, on appelle Empereur le ou les ingrédients qui donnent à la formule sa direction principale.

Plus largement en MTC, l’être humain est appréhendé dans sa verticalité, debout, entre Ciel et Terre. Au sein du ballet des organes, le Cœur, dans un subtil mouvement de correspondance, est associé à la figure du souverain suprême. Dès lors, lui sont attribuées des fonctions similaires. Il relie l’homme à la Terre, à la matière, en maintenant la vie et en assurant la circulation du Sang dans les vaisseaux. En même temps, il gouverne l’Esprit (le Shen) et relie par là-même l’individu à l’émotionnel, au psychique et au spirituel, c’est-à-dire au Ciel.

Être Empereur n’est pas un titre mais une manière de réunir et d’ordonner.

1 système des Ba Gua acquis