La diététique chinoise

La Médecine Traditionnelle Chinoise se définit comme une médecine essentiellement préventive. Il y a peu de temps encore, le médecin chinois était rétribué forfaitairement par ses patients : tant que ceux-ci restaient en bonne santé, ils s’acquittaient de leurs règlements ; en cas de maladie, ils cessaient leurs versements.

Le Nei Jing précise : « Se précipiter au chevet d’un malade est comme commencer à creuser un puits quand la soif se fait sentir ».

En entretenant la santé au quotidien, y compris par le biais de l’alimentation et de la diététique chinoise, la MTC permet de se prémunir de bon nombre de problèmes de santé.

Sun Si Miao, célèbre médecin du VIIe siècle, affirmait à ce propos que « celui qui ne sait pas s’alimenter correctement ne sait pas vivre » et enseignait également que l’alimentation devait être la première médecine…Hippocrate partageait cet avis !

Une bonne alimentation sert donc de support à toute autre thérapie (pharmacopée, acupuncture, etc…) et suffit bien souvent à résoudre la plupart des problèmes de santé.

La diététique chinoise, considérée à la fois comme une discipline de la médecine chinoise et un moyen d’entretenir la vie, se divise en deux grandes parties :

  • la première, appelée « Shi Yang » (de « shi », « aliments » et « yang », « nourrir ») signifie « se nourrir de la bonne façon par les aliments pour conserver la santé » ;
  • la seconde, appelée « Shi Liao » (de « shi », « aliment » et de « liao », traitement) signifie « traiter les maladies par les aliments ».

La diététique se donne donc pour objectifs d’entretenir et conserver la santé mais aussi de traiter les maladies par les aliments.